Choisir une porte blindée
Bien choisir une porte blindée
12 mai 2014

Cambriolages en 2017 : un état des lieux

Le nombre des cambriolages en France métropolitaine va bon train, à en croire le dernier rapport de l’enquête «Cadre de vie et sécurité », publié en Décembre 2017.  En effet, sur l’année écoulée, 480 000 ménages ont déclaré avoir été victimes d’un cambriolage,  ou d’une tentative de cambriolage, soit 1,6 % de l’ensemble des ménages. Parmi ces ménages victimes, 240.000 (soit 50%) ont effectivement subi  en 2017 au moins un cambriolage réussi, tandis que 240.000 autres ménages ont uniquement connu une (ou plusieurs) tentative(s) de cambriolage.

Le niveau des cambriolages en 2017, proche de 249 000, concurrence de près le triste record de 2013. La tendance des cambriolages de logements est en hausse constante depuis le premier trimestre 2015 après un recul en 2014. Le nombre de cambriolages de logements (commis ou tentés) enregistrés par les forces de l’ordre, a en effet augmenté de 2% sur 2017, augmentation cependant moins sensible que celle de 2016 (+4 %).

cambriolage

Répartition territoriale des cambriolages

Les cambriolages touchent aussi bien les espaces ruraux que les espaces urbains, avec un taux d’incidence variant en fonction de la taille des agglomérations. Dans les petites et les moyennes agglomérations, le taux d’incidence des cambriolages est proche de celui des zones rurales. Entre 0,5% et 0,6% des logements situés dans ces zones en ont été victimes. Le taux de cambriolage est un peu plus élevé que la moyenne dans les agglomérations ayant entre 50 000 et 200 000 habitants. Enfin, pour les agglomérations comptant plus de 200 000 habitants, le taux bondit et dépasse les 1%, soit 10 logements sur 1000 visités durant la seule année 2017.

 

Répartition sociologique

D’après l’ Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), différents facteurs sociologiques influence le risque d’être victime de cambriolage : âge et revenu des ménages, situation du quartier, et type d’habitation.

La majorité des victimes de cambriolages se situent dans la tranche 30-40 ans, avec un taux de 5,2 victimes pour 1 000 habitants. La probabilité d’être victime d’un cambriolage diminue progressivement avec l’âge. Par ailleurs, le risque est statistiquement plus élevé pour une personne seule ou une famille mono-parentale.

Les classes les plus aisées ont 15 % de chances supplémentaires de se faire cambrioler que le reste de la population. Cette donnée est à mettre en lien avec la surface du logement, plus importante pour ces ménages. En effet, le risque de subir un cambriolage augmente de 19 % pour un logement dont la superficie dépasse les 100 m²,  et de 39 % si elle dépasse 150 m².

En France, 80 % des cambriolages ont lieu la journée entre 14h et 17h (55 % des cambriolages), cette tranche horaire correspondant aux heures d’absence du domicile.

 

Facteurs réducteurs de risques

Si le risque nulle n’existe pas, les données de l’ONDRP permettent d’identifier quelques mesures efficaces pour diminuer la probabilité d’être victime d’un cambriolage. En effet, il est établi que la présence d’un “dispositif de sécurité” réduit le risque de 14%. Sont considérés pèle-mêle parmi ces “dispositifs” la présence d’un blindage de porte ou d’une porte blindée installé par un serrurier, d’une caméra, d’une alarme, mais aussi pour les résidences collectives, la présence d’un gardien et d’un dispositif de contrôle d’accès. Dans une certaine mesure, les effets de ces équipements s’additionnent, puisque le de cumuler deux de ces dispositif conduit à une réduction du risque de 24 % par rapport à un logement non équipé.